Faire un don
  • fr
  • nl
  • en
  • Ces jeunes se cherchent du talent

    Le Soir, 24 mai 2017

    Pour sa septième édition, le rendez-vous qui soutient des jeunes de Cureghem à la recherche d’un emploi a réuni une centaine de participants. Un événement qui « permet d’apprendre des choses sur soi ».

    Comment aider les jeunes, qui sont la catégorie la plus touchée par le chômage, à s’intégrer sur un marché du travail de plus en plus concurrentiel ? C’est le but de Discover Your Talent, rendez-vous organisé depuis sept ans par l’ASBL Maks et de nombreux partenaires, dont Actiris, Duo for a job, Nestlé ou encore Freshfields. Alors qu’en Région bruxelloise, 39,5 % des 15-24 ans étaient sans emploi en 2014 (d’après les données d’Actiris), l’événement a rassemblé mardi près d’une centaine de jeunes adultes aux caves de Cureghem, dans un des quartiers les plus touchés.

    L’endroit est divisé en différents ateliers : ici on apprend à rédiger CV et lettre de motivation, là on se renseigne sur la maîtrise des réseaux sociaux et de son identité numérique, là encore on simule des entretiens d’embauche. Autour d’une table ronde, un groupe de participants travaille à la mise en avant de ses qualités à l’aide d’un jeu de cartes. Soixante bénévoles issus des entreprises partenaires sont venus accompagner les jeunes tout au long de la journée, à raison de deux à trois participants par bénévole. Angélique, avocate chez Freshfields, participe à l’opération depuis ses débuts : « Ce qui manque à ces jeunes, c’est le premier pas, le contact avec le monde du travail. On crée un lien entre les gens de la vie active et les jeunes. » Animatrice de l’atelier réseaux sociaux, Samia participe pour la première fois à l’événement. Consultante chez Accenture, elle estime que « tout le monde devrait avoir les mêmes chances. »

    « On veut créer une ouverture vis-à-vis des jeunes, détaille Véronique de Leener, directrice de Maks, qui offre un accompagnement à l’emploi. Après les attentats, le monde du travail s’est davantage refermé sur lui-même, au détriment des jeunes demandeurs d’emploi. Avec ce type d’événement, on cherche à faire le pont entre ces jeunes et les bénévoles du monde du travail, à aller au-delà des préjugés. » Ce lien direct avec des personnes qui connaissent le milieu professionnel est un réel atout aux yeux des participants, comme Jemy, 30 ans, qui vient de se faire photographier pour son CV : « Les bénévoles ont des conseils qui portent davantage que ceux d’Actiris. Le lien avec des gens du monde du travail est essentiel. » Le jeune homme, qui cherche un emploi dans le secteur de la logistique, où il a de l’expérience, est essentiellement venu pour muscler sa candidature. « Je cherche des astuces pour postuler et améliorer mon CV. J’ai la hantise d’être refusé plusieurs fois », avoue-t-il. Pour Karim, 25 ans, qui aimerait travailler dans le milieu sportif, l’événement permet « d’apprendre des choses sur soi. »

    A côté du stand de photographie, une dizaine de personnes se sont rassemblées. Les participants, assis en cercle, semblent absorbés par Bakhta, la dynamique animatrice de l’atelier de communication non-verbale. « C’est un atelier interactif où on fait prendre conscience aux jeunes de l’importance de leur attitude. On leur apprend comment se tenir, ce qu’est une bonne poignée de main, explique-t-elle. Beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte de la procédure de sélection qui existe dans la recherche d’emploi et n’y sont pas préparés. C’est très motivant de faire ressortir tout ce qui peut les aider. »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *